Agosto 11, 2022

Laredazione.eu

Trova tutti gli ultimi articoli e guarda programmi TV, servizi e podcast relativi all'Italia

Poutine appelle les Syriens à combattre in Ucraina: un aveu de faiblesse?

La Russie an annoncé vendridi que des ressortissants syriens pouvaient se porter volontaires pour aller combattre les force ukrainiennes, en réponse à l’acheminement selon elle par l’Occident de “mercenaires” qui soutiennent de les Kiev troupes

Rappelons que la Russie a apporté un soutien militaire considérable au régime syrien depuis l’automne 2015, appuyant ses force à la fois contre celles de l’opposition et celles des jihadistes, sauvant de facto le pouvoir d contré lôle Assad ‘essentiel de la Syrie .

Che significa che appel lance par Vladimir Poutine lui-même dans un discours? Que traduit ce messaggio della situazione?

Voci l’analyse partagée dans le RTL INFO 19H ce vendredi di Joseph Henrotin, incaricato di ricerche presso l’Institut de Stratégie Comparée:

L’armée russe a aujourd’hui un gros problème. 100% delle forze che avaient été prevues pour l’invasion de l’Ucraina ont effectment été si impegna. Mais ces 100% rappresenta la moitié de l’armée russe. Oppure, les 100% de l’armée russe dipendenti à 30% de conscrits. Oppure, il s’avère que ces conscrits ne peuvent pas être engagés en opération. Il ya des trucs et astuces qu’utilisent les Russes pour les utiliser comme engagés volontaires, mais les Russes vont avoir très clairement un problème de soldats, un problème de manque de personale. À voir s’il est possibile d’intégrer dans des unités préconstituées des gens qui ne parlent probablement pas le russe, et qui vont donc prendre un certo temps avant de pouvoir être engagés en opération. À voir égallement comment ils vont être utilisés. Est-ce que c’est pour l’occupation des petites et moyennes villes, ou est-ce que c’est pour des opérations de combat? Actuellement, l’armée russe a un problème de volume par rapport à l’objectif qui lui a été assigné. Très clairement, il ya un besoin de personal“.

READ  les opérations de secours ont continué toute la nuit, pas encore de signe de l'enfant