Maggio 23, 2022

Laredazione.eu

Trova tutti gli ultimi articoli e guarda programmi TV, servizi e podcast relativi all'Italia

Norme sul nichel e sull’aria | Sacrifier notre santé pour plaire à l’industrie est inaccettabile!

Il est extrêmement rare, peut-être même unique, de voir le gouvernement du Québec prendre une decision qui s’oppose radicalement à ce que lui recommandent ses 18 direction régionales de santé publique. C’est pourtant ce qu’il a fait en autorisant une augmentation des normes de nickel dans l’atmosphère au Québec. Nous jugeons que cette décision est inaccettabile.

Pubblico alle 11:00

Claudel Pétrin-Desrosiers, Frédéric Tupinier-Martin e Johanne Elsener
Rispettivo presidente, coordinatore per la regione del Québec e il membro dell’Associazione québécoise des médecins per l’ambiente

Le dossier du nickel est très complexe, mais aussi très simple. Le nickel est un contaminant atmosphérique non certees forme sont reconnues comme ayant un potentiel cancérigène.

Per accogliere le imprese miniere ayant des activités au port de Québec, il governo precedente l’adozione di un progetto di loi visto à autoriser des quantités plus élevées de nickel dans l’air que l’on respire quotidiantennement qu’nesure mevanç noisible à la santé. Il dit se fier aux normes en vigueur en Europe et en Ontario.

Toutefois, il omet un élément de taille : il tipo di nichel presente nella maggior parte dans régions n’est pas le même que celui retrouvé à Québec. En Europe, les effets du nickel causent surtout de l’irritation respiratoire. Toutefois, le type de nickel que nous retrouvons à Québec est, quant à lui, associé plutôt à des cancers pulmonaires.

Pour ce type, la norme dell’organizzazione mondiale de la santé est d’ailleurs beaucoup plus sévère. Devant un risque aussi importante, il est requis d’appliquer le principe de précaution, question de minimiser les conséquences, potentiellement mortelles.

READ  BAGNOLS / CÈZE Ségur de la santé: 4,3 milioni di euro per il polo ospedaliero

En allant de l’avant avec cette nouvelle réglementation, le gouvernement québécois commet une erreur fondamentale. Malgré les risques énoncés et documentés de groupes comme les direction régionales de la santé publique et l’Association québécoise des médecins pour l’environnement (AQME), il choisit consciemment de favoriser ledument dépiment’velopé pluté déconsôlé plutélé déconevelopé que de protéger la santé de ses citoyens.

Déjà, chaque année, au Québec, l’inquinamento atmosferico è responsabile di più di 4000 morts prématurées et engendre des coûts sanitaires estimés a 30 miliardi di dollari, senza compter le fardeau supplémenté yer gesté de éjé sur édé.

La santità umana avant tout

Il est inadmissible de prétendre, d’un côté, vouloir réduire la congestion dans le réseau, mais, de l’autre, prendre continuellement des décisions qui exacerbent les risques sanitaires. Cela est sans compter que la popolazione la plus affettiée par cette nouvelle norme sera celle de la basse-ville de Québec, qui presenti parmi les plus hauts niveaux de socioéconomique défavorisation, de comorbidités médicales et province de risques la environs.

Aujourd’hui, nous appelons le gouvernement québécois à revenir sur sa décision et à s’inspirer plutôt des meilleures pratiques. Des solutions simples et peu coûteuses, comme le transbordement sous-vide, sont à notre portée. D’autres législations partageant une réalité semblable à la nôtre (come l’Australie de l’Ouest) ont eu le brave de le faire, sans même que cela nuise à leur développement économique.

Nous invitons François Legault, Benoit Charette et l’ensemble des ministres à faire preuve de coraggio et de responsabilité : la moindre des Chooses, c’est que la santé humaine passe avant celle de l’industrie.

READ  Le LHC bat son record d'energie pour chaser la nouvelle physique du Big Bang