Maggio 18, 2022

Laredazione.eu

Trova tutti gli ultimi articoli e guarda programmi TV, servizi e podcast relativi all'Italia

Guerre en Ukraine: un opposant russe de renommée arrêté pour «fausses informations»

La diffusione di «fausses informations sur l’emploi des force armées russes» è passibile in Russia di 15 anni di prigione, en vertu d’un nuovo articolo du code pénal adopté début mars par les autorités russes.

Tempi di lezione: 2 min

l‘opposant russe Vladimir Kara-Mourza, féroce détracteur du Kremlin, a été placé vendredi en détention provisoire jusqu’en juin dans le cadre d’une enquête pour « fausses informations » sur les activites searmée avocat en sonat Ukraine,’.

Un tribunale di Moscou «un inviato Vladimir Kara-Mourza en détention jusqu’au 12 juin», un déclaré l’avocat Vadim Prokhorov dans un communiqué publié su Facebook. Le tribunal a confirmé cette mesure dans un communiqué publié par les agences de presse russes.

Dans la matinée, Vadim Prokhorov avait annoncé que M. Kara-Mourza était interrogagé par le puissant Comité d’enquête russe dans le cadre d’une research pour la diffusione di «fausses informations» sur l’armée.

Les autorités ont renforcé leur arsenal juridique pour controllare la comunicazione sull’operazione militare in Ucraina. D’autres enquêtes similiires ont été ouvertes contre des critiques du conflitto. Utiliser les mots « guerre » o « invasion » pour décrire l’intervention en Ukraine suffit pour être poursuivi.

M. Kara-Mourza, 40 anni, a plusieurs fois critiqué l’intervention militaire ces dernières semaines, notamment sur les réseaux sociaux.

Avant même son placement en détention provisoire, il se trouvait derrière les barreaux après avoir été condamné, le 12 aprile, a 15 giorni di prigione per “insoumission aux force de l’ordre”.

Cet ancien journale était proche de l’opposant Boris Nemtsov, assassiné non loin du Kremlin en 2015. L’égallement travaillé per le organizzazioni di Mikhaïl Khodorkovski, un ex oligarque russe devenu détracteur di Vladimir Poutine.

M. Kara-Mourza, qui est l’un des derniers opposants d’envergure vivant en Russie, afferma avoir été empoisonné à due reprises, 2015 et en 2017, en raison de ses activités politiques.



READ  La Corea del Nord annuncia il suo primo caso in assoluto di Covid: Kim Jong Un ordina il blocco a livello nazionale