Luglio 5, 2022

Laredazione.eu

Trova tutti gli ultimi articoli e guarda programmi TV, servizi e podcast relativi all'Italia

Le James-Webb étudiera les prochains ‘Oumuamua interstellaires traversant le Système solaire

Des premiers disques de débris planétaires découverts en 1983 par l’Satellite astronomico a infrarossi (IRAS) autour des quatre étoiles Vega, Beta PictorisFomalhaut et Epsilon Eridani aux disques protoplanétaires étudiés avec Alma en passant par les osservazioni de Spitzer et Hubblel’astronomia infrarosso et millimétrique a puissamment aidé à confirmer que le phénomène de formation planétaire était très fréquent dans la Voie latte et selon des modes qui, dans les grandes lignes, étaient celles développées dans les modèles de la cosmogonie du Sistema solare.

Il nous reste cependant beaucoup à apprendre notamment parce que les planétologues ne comprennent pas parfaitement les processus chimiques esatte implicite nella formazione dei pianeti. Ils veulent savoir aussi s’il y avait quelque ha scelto de particulier dans la façon dont nos propres planètes se sont formées autour de notre Soleil. Bien sûr, nous avons déjà des indicazioni avec les instruments développés par la noosphère, mais nous aimerions en savoir plus, malgré le fait que nous ne sommes très loin de pouvoir envoyer une sonde cel ème plan de com étaire Prossima Centauripour acquérir plus d’informations.

Toutefois, la détection des objets clairement d’origine interstellaire 1I/’Oumuamuaen 2017, et 2I/Borisoven 2018, a clairement changé la donne, surtout depuis l’arrivée au punto di Lagrange L2 Terre Soleil du telescopio James-Webb.

Le caratteristiche orbitali de’Oumuamua et Borisov en font clairement des astre qui ont été éjectés de leur système planétaire d’origine dans la Voie lactée et ils sont sûrement la pointe émergée d’une popolazione d’oggetti interstellari traversant souvent le Système solaire et qui sont, d’une Certaine manière, des mémoires de la formation d’esopianeti ailleurs dans la Galassia. Mémoires qui pourraient être aussi bavardes pour les exobiologistes étudiant la possible apparition de la vie ailleurs que dans le Système solaire avec, par exemple, Mars et Europa.

READ  su PC, vous pouvez enfin installer les jeux dans le dossier de votre choix

Dans ce petit film, nous vous racontons l’histoire de la comète interstellaire 2I/Borisov. Une histoire qui débute, pour nous Terriens, fin août 2019 quand nous l’avons croisée du riguardo per la première fois, mais qui a commencé il ya des dizaines ou des centaines de millioni d’années, voire plus con… car nous pas ne encore l’âge de cet objet venu d’ailleurs. © Futura

Du rayonnement infrarouge pour lire une mémoire interstellaire

Oppure, voilà ce que Martin Cordiner vient de déclarer dans un communiqué de la Nasa, principal d’un program. Obiettivo Web di opportunità : « La sensibilità e la potenza de ragnatela nous offrent maintenant une opportunité sans précédent d’étudier la composition chimique de ces objets interstellaires et d’en savoir beaucoup plus sur leur nature : d’où ils viennent, comment ils ont été et’il fabriqués no sur pequés condition présentes dans leurs systèmes d’origine. »

Clairement per cet astrofisico du Centro di volo spaziale Goddard de la Nasa a Greenbelt, Maryland : « La capacité d’étudier l’un d’entre eux et de découvrir sa composition – de voir de près le matériel d’un autre système planétaire – est vraiment une scelto incroyable », et lui et son équipe se préparent à étudier dans l’infrarouge avec Webb dans un avenir proche plusieurs objets interstellaires en croisière selon une orbita hyperbolique dans le Système solaire, et qu’ils ne visiteront qu’une seule fois.

2I/Borisov ressemblait beaucoup à une comète, mais 1I/’Oumuamua pas du tout. Cela laisse penser que nous allons faire des découvertes fascinantes sur la diversité des systèmes planétaires. Martin Cordiner et ses collègues veulent en avoir le cœur net et pour cela ils utiliseront deux instruments du James-Webb travaillant rispettiviment dans la bande de l’infrarouge proche et moyen, à savoir NIRSpec et MIRI.

READ  One UI 4.0 completa la sua trasformazione e raggiunge una versione stabile

Selon le communiqué de la Nasa, NIRSpec servira à analyzer la composition chimique des gaz que pourraient émettre ces objets interstellaires proches du Soleil, étant en mesure de mettre en évidence la signature spectrale de molecole specifiques racconta que l’eau, le méthanol, le formaldeidele diossido di carbonele monossido di carbonio et le metano. MIRI (Strumento a infrarossi medi)de son côté, donnera plutôt des renseignements sur les processus thermiques associés aux particules solidiracconta que les grains de poussière et même des cailloux.

Interessato par ce vous venez de lire ?