Maggio 16, 2022

Laredazione.eu

Trova tutti gli ultimi articoli e guarda programmi TV, servizi e podcast relativi all'Italia

Immobilier: après deux années de crisi sanitaria, les loyers flambent

Selon les chiffres de la Fédération des agent immobiliers francophone, l’immobilier locatif a souffert de la crisi sanitaria et du manque de mouvements.

Tempi di lezione: 2 min

l‘immobilier locatif a souffert de la crisi sanitaria et du manque de mouvements. Mais aujourd’hui, l’inflation rattrape les prix des loyers, selon les chiffres de la Fédération des agent immobiliers francophone (Federia) repris samedi par L’eco.

Ce ralentissement a surtout été marqué en Région bruxelloise. Alors que les lealists y ont évolué en moyenne de 6.25 % entre 2018 et 2019, soit avant la pandémie, leur croissance n’a été que de 0.95% nel 2020 et de 1.2% nel 2021.

« Durant la crisi du Covid-19, pas mal de personnes ont eu envie de sortir de Bruxelles, avec le souhait de trouver plus d’espace, de verdure notamment grâce aux possibilités de télétravail », exp la présidente Carline de Le Federia.

Bruxelles reste la Région la plus chère

En Flandre et en Wallonie, les prix des loyers ont augmenté près deux fois plus vite qu’à Bruxelles l’année dernière, soit rispettiviment de 2,5 % et 2.11 %, mais toujours de manière “ralentie” par néesport aux précédant la crisi sanitari (+3,7% en Flandre entre 2018 et 2019, par esempio).

Mais malgré ce coup de frein observé dans la capitale, cette dernière reste de loin la Région la plus chère. Le prix locatif moyen y est de 1.181 euro, contre 797 euro in Flandre et 751 euro in Vallonia.

Ces évolutions de prix montrent que le prix moyen des loyers des baux en cours augmente actuellement più vite che celui des nouveaux baux en raison de l’indexation liée à la forte inflazione. De fait, les loyers indexés en ce mois de février verront leur montant progressir de pas moins de 7% par rapport à l’année dernière.

READ  Il sindacato imparziale dei giudici autonomi ha imposto un metodo di pagamento elettronico "troppo riduttivo"