Luglio 6, 2022

Laredazione.eu

Trova tutti gli ultimi articoli e guarda programmi TV, servizi e podcast relativi all'Italia

Des scientifiques ont enregistré ce qu’il se passe dans le cerveau au moment de la mort

À quoi la mort ressemble-t-elle ? C’est l’une des question que nous nous posons tous. Et des neuroscientifiques nous apportent aujourd’hui enfin un début de réponse. Pour notre cerveau, la mort, c’est un peu comme… un rêve.

Heureuse, malheureuse. Il est parfois des coïncidences que l’on peine à qualificatore. Et celle que nous racontent aujourd’hui des neuroscienze dell’università di Louisville (États-Unis) est clairement l’une d’elles. Depuis plusieurs jours, ils surveillaient, par elettroencefalografia, l’activité cérébrale d’un Patient Epileptique. Un Patient âgé de 87 ans qui soudainement a subi une crisi cardiaca et est decédé. Coincidenza malheureuse pour le Patient. Mais heureuse pour la science.

Car les chercheurs ont ainsi eu la chance d’enregistrer 15 minuti di attività cérébrale au moment du décès. Una prima! Et ce qu’ils ont enregistré, 30 secondi avant que le cœur s’arrête et 30 secondi après, surtout, c’est une activité accrue des ondes cérébrales que les neuroscientifiques qualifient d’ondes gamma. Des ondes connues pour intervenir au cours des phase de méditation, de récupération de la mémoire, de flashback o encore… de reve.

Notre cerveau pour nous accompagner dans la mort

L’observation pourrait expliquer les histoires racontées par ceux qui ont vécu des expériences de morte imminente. Ceux qui rapportent avoir vu leur vie défiler devant leurs si. Mais surtout, suggèrent les chercheurs, ces travaux pourraient remettre en question la manière de qualifier la fin d’une vie. Et soulever des interrogations quant au moment judicieux pour planifier un don d’organes. Car notre cerveau sembra capace d’une activité coordonnée, même lorsqu’il n’est plus alimenté par du sang frais. Il pourrait même être programmé pour nous guider dans l’épreuve de la mort.

READ  commento diverso coronavirus e allergie al polline ?

De tels résultats ont déjà été observés… chez le rat. De quoi envisager que la réponse biologique à la mort pourrait être universelle. Les neuroscientifiques notent toutefois que ces résultats doivent être considérés avec toute la prudence qui s’impose. Compte tenu du fait qu’ils sont tirés de l’étude d’un seul et unique cas. Le cas d’un patient au cerveau malade, qui plus est.

Interessato par ce vous venez de lire ?