Maggio 18, 2022

Laredazione.eu

Trova tutti gli ultimi articoli e guarda programmi TV, servizi e podcast relativi all'Italia

des Explosions Entendues à Kiev et Kherson après la perte du croiseur Moskva, la CIA prévient du risque nucléaire (diretto)

…Articolo mis à jour, pensez à actualiser votre page…

7h52 : La guerre en Ukraine pousse à la hausse les desires d’asile en Belgique

La guerra in Ucraina può essere utilizzata per le richieste d’asilo in Belgio, notamment de la part de ressortissants de pays tiers vivant en Ukraine et qui ne bénéficient pas de la protection temporaire.

L’impact sur les desires des citoyens russes est égallement percettibile, avec 86 requestes enregistrées en mars – pour 300 requires sur l’ensemble de 2021 – indique vendredi, dans un communiqué, le secrétaire d’Etat à l’Asration, et Sammy Mahdi .

In totale, 3.247 richieste ont été introduites le mois passé au Petit Château, détaille-t-il.

Contrairement aux pays voisins, les non-ucrainiens qui viennent d’Ukraine et peuvent retourner dans leur pays en toute sécurité ne benefica pas d’une protection temporaire en belgique. Les chiffres d’enregistrement montrent que 98 % des personnes qui reçoivent une attestation de protection temporaire au Heysel sont des Ukrainiens. Les 2% restants sont principalement les partenaires étrangers d’Ukrainiens, explique encore Sammy Mahdi.

«Je continue de trouver peu judicieux que d’autres pays de l’UE accordent automatiquement une protection aux migranti qui vienent d’Ucraina mais qui peuvent parfaitement retourner dans leur pays d’origine en toute sécurité. Nous saggi d’informer tout le monde du mieux que nous pouvons, mais ceux qui viennent d’un pays sûr n’ont pas besoin de notre protection et doivent rentrer chez eux”, conclut-il.

7h19 : Reportage a Marioupol

Galina Vassilieva, 78 ans et les cheveux roux vif, pointe du doigt un immeuble de neuf étages totalement brûlé: “Regardez nos beaux bâtiments!”, s’exclame-t-elle, “les gens sont calcinés à l’intérie”.

«J’étais dans le secteur du bâtiment, tous ces immeubles c’est ma génération qui les a construits. Et maintenant, ils ont tout bombardé», raconte cette retraitée, dont les remarques sarcastiques fusent en faisant la queue devant un camion de séparatistes pro-russes distribuant de l’aide humanitaire.

Marioupol, cité portuaire ucraino martire que l’AFP a pu voir à l’occasion d’un voyage de presse organisé cette semaine par l’armée russe, a subi un déluge de feu, qui a devagé les habit infrastructure et les million de personnes qui y vivaient lorsque Vladimir Poutine un lance offensivo figlio contre l’Ucraina le 24 février.

Aujourd’hui, après plus de quarante jours, les combats sont limités à la vaste zone industrielle proche du bord de mer, les force russes et leurs alliés separatises de Donetsk ayant imposé puis resser si régeure à peu peu. Le bilan reste inconnu, mais il est lourd.

Les autorités ukrainiennes ont évoqué quelque 20.000 morti.

«Voyez par vous-même quelle est la situazione dans la ville: il ya beaucoup de morts», constate simplement Iouri Boukharev, militaire au sein des armées de la république séparatiste pro-russe de Donetsk.

«Comme sur un vulcano»

Symbole de ces souffrances, un teatro dans lequel s’étaient réfugiées des centaines de personnes en sous-sol a été largement détruit et brûlé après un bombardement le 16 mars. Combien sont-ils sous les gravats? Personne ne sai.

Pour Kiev, Moscou a bombardé l’endroit à dessein. Pour les Russes, les combattants ukrainiens s’y servaient de civils comme boucliers humains.

“Lorsque (nous) beginrons à enlever les décombres, le nombre de victimes sera plus clair”, nota Iouri Boukharev.

Maintenant que la plupart des combats sont terminés, les civils comme Galina beginnt à ressortir, à la recherche d’eau, de nourriture ou d’un moyen de quitter Marioupol, ses ruines et ses cadavres.

«Je sais qu’on a survécu à l’horreur et qu’on ne sait pas ce qui nous attend, on vient comme sur un volcan», curriculum Tatiana, 59 ans, une Employée municipale, balai à la main, qui attend elle aussi un peu d’aide humanitaire.

«C’est l’effroi, l’effroi! Que dire d’autre? Beaucoup de gens souffrent (…) oui, il ya des morts, nous les enterrons directement dans les cours d’immeubles», poursuit-elle.

Konstantin Mavrodi, 28 anni, et sa mère Taïssiïa, sont venus à pied depuis chez eux vers l’hôpital dans l’espoir de trouver un bus en partance pour Volnovakha, autre ville price par les Russes, plus grand au Nord, et au Nord, -mère pourrait les accueillir.

«Belle, même comme ça»

«Aujourd’hui, on a dû courir sous les tirs, sous les balles jusqu’ici», dit-il, car leur route longeait la zone industrielle Azovstal où l’armée ukrainienne résiste toujours, usant de creus’ soutersépoersques soviétique.

Le jeune homme, qui enseignait l’informatique à des enfants, explique que tous vivent sans électricité ni internet depuis le 3 mars. Impossible d’avoir ou de donner des nouvelles aux proches, qui vivent à Kiev et en Russie.

Son avenir, il le voit à peine en pointillés, ne tournant le dos ni à l’Ukraine, sa patrie, ni à la Russie, la grande puissance voisine qui s’installe dans les ruines de Marioupol.

«Su un couru sous les balles. Maintenant on est simplement des gens qui veulent vivre. Dans quel pays su voudra vivre? Su verra ça plus tard», dit-il.

Svetlana Iassakova, une comptable de 43 ans, n’a pas l’intention de partir dans l’immédiat.

«Je suis sans domicile, mon appartement est totalement détruit. J’y avais emménagé il ya trois mois, un nouvel appart, fraîchement rénové», raconte-t-elle, malgré tout souriante derrière de grosses lunettes branchées aux verres orangés.

«Je vis le moment présent, aujourd’hui je suis ici, et demain sera demain. J’aime ma ville même dans cet état, elle est belle même comme ça», poursuit Svetlana, rencontrée aussi dans la file d’attente pour l’aide humanitaire.

«Je suis pour la paix, l’amour et le calme. Et come dit, que Dieu nous vienne en aide, et prenne la situazione en charge.

2h45 : La CIA prévient du osé nucléaire posa per un Poutine di fronte al revers

Les revers militaires in Ucraina per incitare il presidente russo Vladimir Poutine à reourir à une arme nucléaire tactique o de faible puissance dans ce pays, una stima del cuoco della CIA, William Burns.

«Vu qu’il est possible que le président Poutine et les dirigeants russes sombrent dans le désespoir, compte tenu des revers qu’ils ont subis jusqu’ici d’un point de vue militaire, aucun de nous ne la peutégre ère minace que représente i ricorsi potenti à des armes nucléaires tactiques o des armes nucléaires de faible puissance», ha dichiarato M. Burns lors d’un discours ad Atlanta.

Le Kremlin a évoqué la mise en alerte de ses force nucléaires “mais nous n’avons pas vraiment constaté de signes concrets comme des déploiements ou des mesures militaires qui pourraient aggraver nos inquiétudes principal nos inquiétudes”, ajouté de signé legence, qui s’ exprimait devant les étudiants de l’université Georgia Tech.

«Il est évident que nous sommes très inquiets. Je sais que le président (Joe) Biden est profondément preoccupé per il rischio di una guerra mondiale et fait tout pour éviter de parvenir au point où un conflit nucléaire devient possible», at-il ajouté.

La Russie dispose de nombreuses armes nucléaires tactiques, d’une puissance inférieure à la bombe d’Hiroshima, conformément à sa dottrina “escalade-désescalade” qui consisterait à faire usage en premier d’une arme nuclére puissa de lce fa en cas de conflit convenzione con gli occidentali.

Mais cette hypothèse implicito que «l’Otan intervienne militairement sur le terrain en Ukraine au cours de ce conflit, et ce n’est pas une Choose, comme le président l’a clairement fait savoir, qui est prévue», at-il souligné .

Rappelant avoir été ambassadeur des Etats-Unis à Moscou, M. Burns n’a pas eu de mots assez durs pour un Vladimir Poutine “revanchard”, “têtu”, qui a sombré au cours des ans dans un “mélange grief, explosif” d’ambizione e d’insécurité”.

«Chaque jour, Poutine démontre qu’une puissance en déclin peut être aussi déstabilisante qu’une puissance ascendant», at-il ajouté.

1h20 : des esplosioni a Kiev et Kherson

Plusieurs fortes esplosioni su eventi dans la nuit de jeudi à vendredi dans et aux alentours de la capitale ucraina, Kiev, et dans la ville de Kherson, rapportent plusieurs médias locaux.

La députée ucraina Lesia Vasylenko scrive su Twitter in seguito a esplosioni su Twitter. «Vraisemblablement parce que Poutine est furieux que le navire de guerre Moskva a coulé» écrit-elle, ajoutant que les Ukrainiens «restent debout».

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le ministère russe de la Défense avait reconnu que le Moskva, ce navire lance-missiles de 186 mètres de long, avait été “gravement endommagé” par un incendie qui mun’ exploqué de provoqué son équipage de plus de 500 hommes avait dû être évacué.

Toutefois, il n’est pas clair, à l’heure actuelle, si les attaques de cette nuit sur les villes ukrainiennes sont une reaction à cette perte russe.

00:13: «Un coup dur» pour la flette russe en mer Noire

La perte du croiseur Moskva, navire amiral de la flotte russe en mer Noire qui a coulé jeudi, est “un coup dur” pour la flotte russe dans la région, a déclaré jeudi le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

“Cela aura des conséquences sur leurs capacités” de combat, car le navire était un “élément-clé de leurs pour établir une domination navale en mer Noire”, ajoouté le porte-parole américain sur laî chane CNN.

«Je ne sais même pas quand un navire de cette taille a sombré pour la dernière fois au cours d’une confronto militaire», ajouté M. Kirby, ajoutant ne pas être en mesure de confirmer l’origine de l’incendie à bord della Moscova.

«Je suis sûr que c’est arrivé depuis la Seconde guerre mondiale, mais je ne m’en souviens pas», at-il conclu.

22:30: Le croiseur Moskva a coulé

Le croiseur Moskva, navire amiral de la flotte russe en mer Noire, endommagé durant l’offensive contre Ukraine, a coulé, an annoncé jeudi soir le ministère russe de la Défense.

«Lors du remorquage du croiseur Moskva vers le port de destination, le navire a perdu sa stabilité en raison de dommages à la coque subis lors de l’incendie suite à la detonation de munitions. Dans des conditiones de mer agitée, le navire a coulé», a déclaré le ministère, cité par les agences russes.

Le ministère russe avait indiqué plus tôt dans la journée que l’incendie à bord était “circonscrit”, et que le croiseur “gardait sa flottabilité”, tout en affermant enquêter sur les cause du sinistre. Aucun bilan n’a été fourni.

Les autorités avaient égallement indiqué que le remorquage du vaisseau était en Cours et que l’equipage de plusieurs centaines de personnes avait été évacué vers d’autres navires de la flette russe en mer Noire.

L’Ucraina a de son côté affermate avoir attaqué le bâtiment, qui avait selon elle été touché par ds missiles.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le ministère russe avait reconnu d’importants dégâts sur le navire.

READ  Guerre en Ucraina: l'offensive russe s'intensifie, Zelensky fait une concession (diretto)