Ottobre 5, 2022

Laredazione.eu

Trova tutti gli ultimi articoli e guarda programmi TV, servizi e podcast relativi all'Italia

des centaines de laures pour des frais supplementaires pourtant interdits

Il fut un temps pass si lointain où les commerciali pouvaient appliquer des frais supplementaires en fonction du type de paiement que le client choisissait. Quelques centimes en plus si su utilisait la carte de débit ou de crédit “pour couvrir les frais des opérateurs de terminaux”expliquait-on.

Mais depuis 2018, le prix affiché doit être le prix payé, sans aucun supplément quel que soit le mode de paiement. Pourtant, in croire il Service Public Fédéral Economie, de nombreux commerces en ligne sont toujours dans l’illégalité.

321 querele e più de la moitié des sites contrôlés en infraction

Bien entendu, les enquêtes ont été menées sur base des plaintes reçues, ce qui provoque une surreprésentativité des infractions. Néanmoins, ce sont tout de même 34 commerces en ligne sur 58 contrôlés qui ne rispettivo pas la loi.

D’autant plus interpellant que la majorité de ces sites sont bases en belgique et devraient donc être au courant de la législation nationale. Il est vrai que celle-ci va plus loin que ce que l’Europe préconisait puisqu’en plus de l’interdiction de suppléments sur les cartes de debit, de crédit ou sur les virements, la Belgique inclut d’autres modes de paiement, come ad esempio Paypal…

Mais que risquent ces commerçants qui vendent plus cher que le prix affiché ? “Le risque maximal, c’est une amende allant de 250 à 100.000 euro. C’est aussi, dans les cas les plus graves, une peine de jail d’un mois à un an”, explique Etienne Mignolet, porte-parole du SPF Economie. “Mais en général, on dresse un procès-verbal d’avertissement può essere effettuato su un secondo contrôle pour vérifier si l’entreprise s’est mise en ordre. Et souvent, cela se règle assez rapidement.”

Des frais supplémentaires oui, mais clairement identifiés

Ne vous ruez pas sur le formulaire de plainte si un commerce en ligne vous facture des suppléments, comme les frais de dossier ou de transport : ils sont autorisés. Ils doivent cependant être spécifiquement menzionanés et entrer dans le calcul du prix final.

READ  Un giovane su quattro considera la criptovaluta il miglior investimento possibile

En clair : que ce soit en ligne ou dans un magasin physique, un articolo affiché a 15 euro ne peut être vendu plus cher en fonction du moyen de paiement choisi par le client. Mais rien n’interdit non plus au commerciante de vous octroyer une réduction sur le prix annoncé s’il préfère que vous payiez comme il le souhaite. Mais soyons de bon compte, cela arrive rarement.

Un commerçant peut rifiutor Certains moyens de paiement

Pas de frais supplémentaires, d’accord, mais le commerçant reste seul maître à bord, ou presque. Il tutto a causa del diritto di condizionamento per l’uso del pagamento elettronico in un determinato minimo minimo, a condizione che il cliente entri in contatto con esso. Il peut donc renseigner : “pas de carte si moins de x euros”, alors que : “supplément de x centimes si paiement par carte” est formmellement interdit.

Il n’est pas non plus obligé de disposer d’un terminal de paiement éelectronique ou d’une quelconque application bancaire. “Le seul paiement qui ne peut être refusé, ce sont les espèces qui ont cours légal”preciso Etienne Mignolet.

Et de rappeler que si vous êtes confronté à une arnaque ou une fraude, vous pouvez la signaler sur le site pointdecontact.belgique.beet les inspecteurs du SPF Economie se chargeont de la suite à donner au dossier.